Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PLANETE-EXCALIBUR

Articles avec #nostalgie tag

Une petite pensée pour Eric Charden

30 Avril 2012 , Rédigé par Frédérick Publié dans #Nostalgie

Cela peut paraître étonnant pour certains de retrouver le nom d'Eric Charden sur un blog qui parle de comics et d'autres conneries de ce genre. Pour vos parents et grands-parents, c'était le chanteur de "L'Avventura", pour les jeunes, un illustre inconnu... Mais pour les Geeks de ma génération, il restera toujours le compositeur de la chanson du générique de San Ku kai et d'Albator que nous sommes encore tous capables de fredonner aujourd'hui. Rien que pour cela, cela mérite de lui rendre un petit hommage...
Lire la suite

Qui se souvient d'EXOMAN ?!

27 Avril 2012 , Rédigé par Frédérick Publié dans #Nostalgie

Il a fallu attendre 2012 pour voir les plus grands héros de la Terre réunis dans un seul film. Et si le film Avengers serait sorti dans les 70 ‘s ? Vous avez tous dû voir cette bande-annonce parodique qui compile les séries de la grande époque. Non ? La voici :
J’ai constaté sur de nombreux blogs ou forums que le personnage censé représenter Iron Man en avait interpellé certains (certainement des « vieux » comme moi). Cela tombe bien car cela faisait un petit bout de temps que je voulais parler d’ExoMan (car tel est son nom).
En effet, c’est tout petit, que j’ai découvert ce téléfilm sur TF1 ou Antenne 2 pendant l'année 1981 me semble-t’il (j’écris cet article avec les vagues souvenirs que j’ai gardé, il se peut donc qu’il y ait des erreurs). Je me rappelle que je fus très heureux d’une rediffusion 2 ans plus tard, mais qui à ma connaissance, fût la dernière hélas.
Malgré les deux premiers tiers du téléfilm qui furent banals pour un enfant, le fan de super-héros que j’étais déjà a été enthousiasmé par la dernière partie où le héros enfile son armure (n’y voyez aucune allusion sexuel bande de pervers !). Pour le peu dont je me souviens, le personnage principal était un scientifique qui avait des soucis avec la Mafia. Il est alors passé à tabac et reçoit un coup de barre de fer sur la colonne vertébrale qui le laisse paraplégique. Il s’équipe alors d’une camionnette spéciale qui lui permet de conduire en fauteuil roulant. En poursuivant ses recherches scientifiques, il met au point un système d’aimants ultra-perfectionnés. Avec ceux-ci, il conçoit une armure qui lui permet de marcher. Pour se transformer en ExoMan, il a besoin d’un sarcophage qu’il installe à l’arrière de sa camionnette. Maintenant qu’il est un super-héros, il va pouvoir se venger des responsables de son handicap.
Je n’ai réalisé que bien plus tard que ce téléfilm devait être le pilote d’une série qui n’a jamais vu le jour, ce qui est dommage dans un sens. Je suis sûr que tous les gosses de l’époque (ceux décrits dans le livre Les Années Strange) auraient adoré !
J’ai pu retrouver sur Youtube la bande-annonce de l’époque et je la partage avec vous ci-dessous.
Evidemment, par rapport à mes souvenirs, cela a été un choc ! Tout ceci a énormément vieilli. J’avais plutôt gardé l’image d’un robot type Maxemillien comme dans Le Trou Noir (là non plus, aucune allusion sexuelle vu que c’est une production Disney !) plutôt que ce costume en caoutchouc et au casque en forme trop pointue. Le Trou Noir et ExoMan étant contemporains, mon esprit aura certainement fait la confusion.
En tout cas, ces deux soirées passées avec ExoMan sont toujours restées dans un coin de ma mémoire comme le Triangle du Diable (téléfilm qui en a traumatisé plus d’un à l’époque), Noires sont les Galaxies (série française plutôt sympa) et plein d’autres choses dont j’ai malheureusement oublié les titres.
Lire la suite

Mondwest sur ARTE !

10 Juillet 2011 , Rédigé par Frédérick Publié dans #Nostalgie

mondwest-a01.jpgIl est souvent de bon ton de se moquer de la chaîne ARTE (mais si, souvenez-vous de la blague mythique dans l'inénarrable Taxi 2) mais force est de reconnaître que la chaîne nous présente souvent des perles du 7eme Art qui sont souvent rares à la TV tels que Shining ou Vol Au Dessus d'un Nid de Coucou, pour ne citer que des exemples récents.

Ce soir, la chaîne rediffuse Mondwest de Micheal Crichton (romancier de Jurassic Park et créateur de la série Urgences), film que je n'ai plus vu depuis une bonne vingtaine d'années (entre-temps, TF1 nous aura diffusé 18 fois la Grande Vadrouille et 15 fois Sissi Impératrice).

Le pitch ? Deux amis se payent un séjour dans un parc d'attractions divisés en 3 thèmes : le Far-West, le Moyen-Âge et l'empire Romain dont la particularité est que les figurants sont des robots perfectionnés. En bon américains, les deux touristes choisissent évidemment l'univers de Western où ils s'éclatent à jouer aux cow-boys. Et là, c'est le drame ! Tout se détraque, les androïdes se mettent à vouloir à tuer et les deux protagonistes tentent tout pour survivre.

mondwest-12-g.jpgÇa ne vous rappelle rien ? Remplacer le mot robot par dinosaure et vous trouverez ! On voit que rien ne se perd non plus chez Michael Crichton... A la différence que le film de Spielberg est davantage connu que Mondwest, malgré la présence de Yul Brunner au générique dans le rôle de l'androïde fou. Il marqua malgré tout l'esprit d'Arnold Schwarzenegger qui s'inspira de la démarche et des attitudes de l'acteur chauve pour son Terminator.

En tout cas, je n'ai que de bons souvenirs de ce film que j'avais découvert tout petit, à la charnière des années 70 et 80 (une époque fabuleuse pour ma génération au niveau des programmes de télé) et que j'ai revu une fois sur M6 au début des 90's. Je verrai si ce soir si le film qui a le même âge que moi aura mal vieilli ou pas. En tout cas, pour ceux qui ne le connaissent encore, je vous le recommande fortement et vous laisserai découvrir ce petit chef d'oeuvre de SF !

On se fera peut-être une petite critique sur le blog d'ici quelques temps ?

Lire la suite

Je me souviens... de mon 1er Strange.

30 Novembre 2010 , Rédigé par Frédérick Publié dans #Nostalgie

Cet article, cela fait plusieurs jours que je voulais l'écrire. En effet, en regardant dans le rétroviseur de ma vie de lecteur de comics, je me suis rappelé que le premier Strange que j'ai eu entre les mains date d'il y a pile 30 ans, en novembre 1980. Pour fêter dignement cet anniversaire, je me devais de marquer le coup sur ce blog et il était grand temps, vu que décembre arrive dans une poignée d'heures.

 

Tout commença donc par Strange N°131. Bien qu'il ne fût pas ma première lecture super-héroïque (ce fût Superman Géant N°1 au printemps 79, voir ici), cette revue contribua, avec Spidery N°9 et Nova N°33 du mois précédent, à la naissance de ma collectionnite aiguë et de mon appétit pour les aventures hors normes des personnages Marvel.

 

Reprenons la machine à voyager dans le temps d'H.G Wells et retournons dans le contexte de cette époque. A la télé, il n'y avait que 2 chaînes (la 3 ne commençant à émettre qu'à partir de 19h00 le soir) et de ce fait, nous, les gamins de cette génération, nous regardions peu ou prou les mêmes programmes comme dans un véritable élan de communion. C'est pour cette raison qu'une bonne majorité des 35/45 ans d'aujourd'hui ont pour madeleine de Proust des héros comme Goldorak, Casimir, Spider-Man, Mythor, Albator, Hulk, Tarzan, Scoubidou, Capitaine Caverne, Ulysse 31, Captain Flam, et j'en oublie certainement d'autres...

 

On peut peut-être se moquer ou essayer de nous faire passer pour ados attardés, voir demeurés, en attendant, que restera-t'il dans 20 ans des enfants de la télé actuelle ? Les zigottos vulgaires et incultes de la "Real-TV" ? Les passages en boucle des mêmes dessins-animés depuis au moins 5 ans avec Titeuf, Marsupilami, Scoubidou, Garfield et compagnie (1) ?

 

Dans le genre adaptation de comics, nous étions relativement pauvres à côté de la profusion d'aujourd'hui dans les divers médias. Néanmoins, nous avions droit au cartoon Spider-Man et son fameux générique (voir plus bas) et au feuilleton L'incroyable Hulk. Il est vrai que l'on peut considérer aujourd'hui ces séries comme désuètes, voir kitsch, mais elles avaient su nous émerveiller en ce temps-là. Et c'est grâce à elle que j'eus envie de suivre de nouvelles aventures sur le papier.

 

strange-131.jpgMa grande "chance" fût que ma mère aimait beaucoup la lecture et que quand j'étais tout petit, elle fréquentait plus ou moins régulièrement un kiosque/librairie à côté de la gare d'Albertville et où je l'accompagnais parfois. Et puis, en ce mois de novembre 1980, au cours de ma ballade dans les rayons, je reconnu un de mes personnages favoris sur la couverture d'une revue baptisée Strange. Bien que le logo était le masque de Spider-Man, je me rappelai être surpris du fait que le magazine ne porta pas son nom. Une superbe couverture où Tête de Toile bondissait sur une corniche avec un Bouffon Vert rigolard lorgnant sur son ennemi. Ce bouquin, il me le fallait à tout prix ! Et pour 5 Francs, je n'eus pas de mal à convaincre ma mère de me l'offrir.

 

Une fois arrivé à la maison, je me plongeai immédiatement dans la lecture de ce nouveau trésor. Alors, une nouvelle surprise arriva : à la première page, ce n'était pas l'Araignée la vedette mais un personnage qui était encore inconnu pour moi. Tout de rouge vêtu, il présentait des caractéristiques similaires à Spider-Man, un costume juste-au-corps et il se baladait au bout d'un fil au milieu des gratte-ciel de New York. Vous l'avez reconnu, il s'agissait bien sûr de Daredevil. Dans cet épisode, il affrontait son ennemi Le Pitre et je me rappelle avoir tremblé en arrivant à l'ultime page de l'aventure : le héros était en très mauvaise posture, à la limite de se faire lyncher par une foule en furie et où un phylactère nous invitait à attendre le prochain épisode.

 

Il faut savoir que jusqu'à cet instant, je n'étais pas encore familiarisé avec la technique du "cliffhanger". Toutes les histoires que je lisais avaient un début, un milieu et une fin. Les seules histoires de super-héros que j'avais lues étaient celles dans Télé-Junior et là, je découvrais un nouveau moyen pour être accroché à une histoire. C'est ce choc qui donna donc l'envie d'être fidèle tous les mois à ces aventures, fidélité qui ne m'a pas fait défaut depuis 30 ans !!!

 

Poursuivant ma lecture de Strange N°131, je fîs la rencontre d'un autre nouveau personnage : Iron Man. Grrrr, toujours pas de Spider-Man ! Et quand on est un enfant, on est généralement pas très patient. Surtout que l'épisode du vengeur doré commençait avec un Tony Stark en civil et qu'il fallut attendre 8 pages pour le voir revêtir son armure. Mais à partir de là, wow ! Il s'empoigna avec un robot Dreadnought et sauva Nick Fury, le tout en quelques pages. Là aussi, je tombai sous le charme de ce nouvel héros.

 

Puis, l'attente fût enfin récompensée. Sur une pleine page, il était là, en pleine contre-plongée sur une rue de New-York, suspendu à sa toile et un homme accroché à son cou (c'était ce bon vieux JJJ), le stupéfiant Homme-Araignée ! Et là aussi, pourtant au terme de 2 épisodes d'affiler, il allait falloir attendre le mois prochain pour connaître l'issue de l'histoire. Voilà comment on devient accro.

 

Évidemment, pour moi, ce numéro est le meilleur du monde mais pourrait-il en être autrement ? Ce que je veux dire c'est que quel que soit le 1er comic ou le 1er titre que l'on ait lu, il restera toujours un chef d'oeuvre ultime même si c'était un nanar. C'est la saveur particulière qu'offre la première fois. D'ailleurs, pour moi, le Spider-Man de Ross Andru et Mike Esposito fût pendant très longtemps sa meilleure interprétation graphique, la référence ultime (bien que je ne dirais plus la même chose aujourd'hui).

 

Cette fois-ci, j'ai été vraiment très long mais j'avais vraiment envie depuis longtemps de partager ces impressions, ces sentiments. Merci à ceux qui sont arrivés à tenir jusqu'au bout et qui m'ont accompagné dans cette petite ballade dans le passé.

 

Si éventuellement cet article est arrivé à plaire à certains, j'aurais certainement d'autres anecdotes nostalgiques à raconter. Mais ceci est une autre histoire...

 

 

(1) Que l'on ne déforme pas mes propos sur cet avis, je critique le fait de faire de la rediffusion sauvage et non pas le style des dessins-animés actuel. Oui, faut quand même pas exagérer : nous passer 50 fois le même épisode de tel ou tel série alors qu'il y a largement de quoi faire dans le domaine. J'ai vraiment de la peine pour les gamins d'aujourd'hui...

Lire la suite

Le Réalisateur de L'Empire Contre-Attaque est décédé...

30 Novembre 2010 , Rédigé par Frédérick Publié dans #Nostalgie

Irvin Kershner, le réalisateur de L'Empire contre-attaque, est mort

C'est décidément un triste enchaînement de disparitions pour le cinéma que l'on aime. Après Leslie Nielsen alias Frank Drebin, c'est Irvin Kershner qui nous quitte des suites d'une longue maladie (encore ce putain cancer quoi...).

 

Irvin, c'est le réalisateur qui nous a donné un des meilleurs James Bond avec Jamais plus Jamais, un des meilleurs films de suspense avec Les Yeux de Laura Mars (avec la charmante Faye Dunaway sur un scénario de John Carpenter), une suite des plus honorables avec Robocop 2 (d'après un script de Frank Miller) et surtout, le chapitre qui est pour moi (et pour beaucoup) le meilleur de la saga Star Wars : L'Empire Contre-Attaque.

 

Irvin Kershner avait un style de réalisation très classique (certains diront académique) mais très soigné, totalement aux antipodes de ce qui se fait actuellement (gros plans à profusion, montage cut, caméra secouée... Bref, tout ce qui permet de ne pas pouvoir apprécié dignement des combats chorégraphiés comme dans Expandables) et qui a fait merveille sur l'épisode le plus sombre de la saga de George Lucas (qui lui, n'ayons pas peur des mots, n'est pas un très bon réalisateur). Seul Robocop 2 souffrait peut-être un peu de son style, ce type de film nécessitant peut-être une réalisation plus brute et décalée vue le sous-texte satirique et l'univers Comic-Book du personnage.

 

Quoi qu'il en soit, Irvin a gravé à jamais dans nos mémoires des images inoubliables. Pour cela, je lui dis une dernière fois merci...

 

 

Lire la suite

Adieu à Leslie Nielsen.

29 Novembre 2010 , Rédigé par Frédérick Publié dans #Nostalgie

J'ai souhaité faire ici un dernier au revoir à Leslie Nielsen, tant cet acteur m'avait fait (et me fera encore) bidonner de rire avec ses folles prestations dans le rôle de Frank Drebin dans Naked Gun 1 et 2 (les 2 premiers Y'a t'il un Flic... en traduction française) et dans le rôle du médecin dans Airplane.

 

Très jeune, j'avais aussi adoré Planète Interdite où il jouait à l'époque le jeune premier. Un vieux long-métrage de science-fiction très marqué par le sceau des 50's mais quel film ! Ah, l'apparition du fameux Robby le Robot, la menace du monstre invisible, que de bons souvenirs télévisuels.

 

Il faut savoir qu'il commença sa carrière avec des rôles sérieux mais qu'il est devenu une vedette grâce à sa rencontre avec le trio d'auteurs comiques : les ZAZ. Ces derniers le choisirent pour jouer dans une série-culte de 6 épisodes seulement mais quasi-inconnue en France : Police Squad ! Il y eut 2 épisodes diffusés par Canal + à l'époque de la nuit la plus nulle (et ça doit faire bien 20 ans !). Le concept de ce feuilleton fût d'ailleurs repris pour le film Naked Gun. Ils firent de nouveau appel à lui pour leur premier long-métrage : Y'a t'il un pilote dans l'avion ?

 

Maintenant, là où tu es Leslie, j'espère que Frank Drebin continuera ses gaffes et ses dégâts jusqu'à ce que ce pauvre Saint Pierre devienne chèvre !

 

Un petit dernier pour la route... Salut vieux, tu nous a bien fait marrer...
Lire la suite